Au théâtre, on ne peut pas tricher avec la parole

23 novembre.

À une heure douloureuse, alors que fusent les inepties et les appels à la guerre, je relis ces quelques lignes de Ronse.

« Au théâtre, on ne peut pas tricher avec la parole. P1030706Le discours est devenu une espèce de bouillie informe, répétitive, les mêmes mots circulent, les mêmes intonations, avec le moins de violence possible, des émotions convenues, correctes. Il n’y a plus qu’à tourner le bouton. À se taire, écœuré. Au théâtre, des écritures résistent à cela. Ce sont celles qui m’intéressent. Le théâtre est une espèce de conservatoire de la parole, en même temps que le laboratoire des émotions. Il nous permet de lutter au présent contre la bêtise. »

Henri Ronse: La Vie Oblique, sous la direction de René Zahnd, L’âge d’homme, Lausanne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s