Carnets avril-juin 2014

Carnets avril-juin 2014

18 avril. J’ai repéré Catherine Bady tout au début de mes recherches sur le NTB. Dans mon souvenir, elle habite à Monaco. Dans les années 80, elle a joué dans L’homme qui avait le soleil dans sa poche, au Varia. C‘est là qu’elle a rencontré Marie-Astrid.

25 avril. C’est donc Catherine Bady que j’ai vu en premier pour parler d’Henri Ronse et du NTB. Elle n’habite plus à Monaco mais rue du Marteau à Bruxelles. Parmi les choses les plus incroyables qu’elle m’a racontées, en voici trois :

  • Elle a connu Crommelynck (qui a écrit Les Amants Puérils pour sa tante)
  • Elle a connu Carné (parce qu’elle a joué dans Les Enfants du Paradis)
  • Ronse a été champion de tennis (avant d’être lecteur pour Gallimard à 19 ans)

15 juin. Fanny Roy. Je la connais. Le nom de son père apparaît très souvent au NTB sur la base de données d’aspasia. Je brûle de lui demander de m’accompagner rue du Viaduc, de me parler de cette époque. La fin obscure d’Henri Ronse plane. J’appréhende qu’elle rejette mon idée. J’appréhende sa méfiance. Je l’imagine venant voir son père au théâtre. Elle a fait de la figuration pour une pièce. Elle devait être très jeune.

26 juin. Fanny a accepté de venir. Elle est venue avec Pauline. J’ai failli ne pas pouvoir enregistrer. J’avais oublié l’alimentation fantôme. On a trouvé une boîte de cigares, une boîte en métal contenant des fiches (j’en ai pris une, celle de David Empereur).

Publicités