Feuilleton radiophonique

Une matière sonore déjà très riche à été récoltée auprès de comédiens, d’auteurs, de régisseurs et de spectateurs. Toutes les voix rencontrées s’entremêlent. De façon non linéaire, laissant apparaître les personnages de fiction qui rôdent encore, elles dressent un portrait en creu du personnage Henri Ronse, digne d’un personnage de roman, et de son petit théâtre abandonné.
Quatre épisodes radiophoniques de 20 minutes constituent le socle du projet transmedia. Ils seront diffusés traditionnellement : sur les ondes. Chacun des épisodes peut s’écouter et se découvrir indépendamment des autres.
Le premier épisode, actuellement en fin de montage, présente le lieu et le personnage, la fragmentation de la mémoire, les avis différents voire divergents, le mystère de l’arrestation, ainsi que les premiers textes de fiction.
Le deuxième épisode aborde le lien de Ronse avec les écrivains belges, son caracrtère intense, son lien avec Anvers, Ostende, et la mer du nord, ainsi que le lien privilégié avec le comédien Reno Rikir.
Le troisième épisode replace le Nouveau Théâtre de Belgique dans le paysage théâtrale de l’époque, évoquant au passage la discorde / mésentente ou plutôt le mépris réciproque entre les  jeunes compagnies (Varia, Ensemble Théâtral Mobile) et Ronse, évoquant aussi la constellation d’auteurs et d’acteurs, parfois disparus, qui a gravité autour de lui.
Le quatrième et dernier épisode nous emmène en France avec une actrice sociétaire de la Comédie Française, Suliane Brahim. Suliane a connu Ronse, exilé, à la fin de sa vie. Elle l’a rencontré hors des fastes de sa renommée de metteur en scène, hors de l’affaire judiciaire, sans rien en savoir, l’accompagnant, toute jeune, pour des lectures de poésie, en public, au sein de la caravane des poètes, dans la plus grande simplicité.
Ce retour en France et à la lecture ferme la boucle pour Ronse. C’est en effet un premier départ vers la France qui l’avait mené de la littérature au théâtre, en passant par la radio. D’une déambulation rue du Viaduc, nous aboutissons à une déambulation dans la comédie française. Pour ceux qui ne découvrent pas les épisodes dans l’ordre de leur diffusion sur les ondes, le parcours peut se faire dans l’autre sens. De la comédie française à la rue du Viaduc.
Bientôt ici la bande annonce du premier épisode.
Publicités