Moi

Mon attrait pour la création sonore a culminé le jour où, bloquée sur un mur d’escalade, j’ai découvert l’incidence profonde des sons sur mon comportement et sur ma peur. Une nouvelle liberté en a découlé*. Peu de temps après, mon attention a été happée par un petit théâtre abandonné à Bruxelles, et l’histoire mystérieuse de son directeur, Henri Ronse. J’ai pris un micro et enregistré dans la salle abandonnée beaucoup de ceux qui étaient passés par là.
Aujourd’hui je suis plongée dans la matière orale et littéraire que j’ai récoltée.
Je cherche encore des témoignages. Je continue de récolter. Et je commence à raconter l’histoire. L’histoire d’un personnage de roman. Personnage créé à partir des bribes de mémoires de ceux qui l’ont connu. Personnage initiateur, découvreur de textes et d’auteurs, personnage clé du paysage belge des années 70 à 90 et détrôné ensuite pour une sombre affaire judiciaire/politique qui ne m’intéresse pas vraiment, si ce n’est par les bizarreries et les transformations qu’elle a engendrées dans les mémoires.
Bien que résolue à raconter cette histoire selon mon point de vue et mon imagination, je suis très attachée à préserver le lien de confiance créé avec tous ceux qui ont accepté d’apporter leurs bribes de mémoires. Je tiens aussi beaucoup à mettre en résonance ces bribes de mémoires avec certains textes de fiction, joués dans ce lieu, point de départ de multiples connexions.

 

Muriel Alliot
*Ce qui a donné lieu à la réalisation du documentaire sonore et poétique Je veux tomber.
Publicités